Humeurs

Kiko intime : l’urgence des mots et de la vie

21 avril 2016

Kiko Goasse

Ça faisait un bout de temps qu’on n’avait pas alimenté la rubrique “carnet d’adresse d’une personnalité de Narbonne” alors là on revient en force en vous offrant une interview exceptionnelle qui fut aussi une grande claque émotionnelle qu’il ne va pas être facile de restituer ici.

Parce que Kiko ce n’est pas qu’un chanteur rock mais c’est aussi une personnalité attachante, tourmentée, oscillant entre la part d’ombre et de lumière qu’il porte en lui, beau comme un diamant et fragile comme du cristal.

Un artiste à l’état pur donc forcément on ne ressort pas indemne d’une interview vérité avec lui parce qu’il est comme ça, entier ! Quand il décide de donner c’est sincère et authentique et forcément surgit la crainte de ne pas être à la hauteur de l’échange consenti, de ne pas trouver les mots justes pour en restituer toute la profondeur.

Kiko artiste rock

 

Parfois les choses passent trop vite pour que tu les comprennes” dit il… c’est vrai pour beaucoup d’entre nous, ça l’est plus encore pour cet artiste qui vit sa vie à fleur de peau.

A 16 ans il quitte Narbonne, fait de longues études de psychologie, se spécialise en musicologie ce qui lui permet de rencontrer des musiciens de toutes origines. Il commence à travailler notamment avec les enfants malades et puis c’est le choc ! Il est en train de passer à côté de lui-même. La musique, c’est !à que se trouve sa vraie vie ! Il en joue depuis ses 4 ans et depuis il n’a jamais cessé d’en écouter, d’en jouer…. Un des ses anciens copains de fac monte un studio d’enregistrement et lui propose d’enregistrer les chansons qui figureront sur le premier album “Voir du pays” qui sortira le 1er décembre 2007 (édité par la maison de disques toulousaine Mozaic Music). C’est le grand saut dans le vide !

Au même moment il apprend qu’il va devenir papa mais aussi qu’il est malade. Son avenir est plus qu’incertain, il est terrifié et galvanisé par l’idée qu’il lui faut à tout prix mettre sa famille à l’abri au cas où… S’enchainent alors les concerts dans des petites salles, l’enregistrement d’un second album, plus rien n’arrête ce boulimique de travail et de la vie. Se battre contre le sort qui s’acharne et gagner la bataille.

 

En 2010 Stephane Kowalczyk lui propose de tourner un film. C’est également cette même année que sort son album “Pour une heure ou deux”, un album plutôt rock qui reflète cette période sombre de sa vie. L’un des titres de cet album “A travers ou à tort” sera classé 20ème du top 50 des radios Quota et diffusé sur plus de 108 radios dans le monde. Le succès et le public sont au rendez-vous.

Mais une seconde prise pendant le tournage du film tourne à la tragédie : le mur de trois mètres qu’il a escaladé pour les besoins du film s’écroule brutalement l’entrainant avec lui dans sa chute. La colonne est touchée, la paralysie sera évitée in extrémis, l’intervention chirurgicale très lourde mais ce serait mal connaitre Kiko que d’imaginer qu’il allait tranquillement rester à se soigner.

Un mois plus tard il est de nouveau sur scène, poussé par cette urgence de vivre et de mettre les siens à l’abri. “Cet hyperactif sous la menace”, comme il se définit lui même, ne peut pas renoncer. Entre résilience et urgence de vivre, d’apprendre, de toujours viser plus loin quitte à marcher sur un fil … rien ne s’applique mieux à Kiko que le proverbe chinois  “ tomber 7 fois, se relever 8 ”, une vraie leçon de vie d’un artiste qui ne sait compter ni en amour, ni en amitié.

Viendra un troisième album “Le sens de l’orientation”, celui de la rupture et du changement. D’abord musicalement car Kiko veut prendre des risques, sa musique a évolué. Cet album est davantage inspiré par les Doors, Brel et le son est plus pop électro que les précédents albums pour se démarquer de ce qu’il a fait jusque là tout comme il cherche à se défaire de l’étiquette nouvelle scène rock française. Mais c’est aussi un album plus mature, moins tourmenté : “Garder le sens de l’orientation c’est savoir d’où l’on vient sans forcément savoir où on va, mais en reconnaissant les chemins qu’on ne veut pas emprunter”.

 

Kiko Goasse guitare

Le quatrième album est en cours d’écriture : un opus beaucoup plus dépouillé, plus intime, plus lumineux en accord avec sa nouvelle vie dans laquelle l’amour s’est invité pour l’aider à tourner la page des années sombres. En recherche de sincérité, il a même prévu de ne revenir sur scène qu’accompagné de sa guitare.

Autre projet en cours, l’écriture d’un scénario de film qui doit se tourner prochainement. Actualité plus que  chargée et souriante pour un Kiko désormais épanoui ou presque …  “Finalement dans la vie on ne maîtrise rien…j’ai appris à lâcher prise” 😉

 

Kiko intime

Natif de Narbonne, la ville n’a plus aucun secret pour lui et il a bien voulu nous confier quelques unes de ses adresses Clignement d'œil:

 

Une bonne table : Un singe en hiver pour le charme de la petite place du passage de l’Ancien Courrier et parce que c’est un endroit où je peux déjeuner avec tous ceux que j’ aime en même temps, les enfants pouvant jouer sans danger.

 

Restaurant Un Singe en Hiver Narbonne

 

Une séance shopping :  Le marché du dimanche matin ou remonter la Rue Droite juste pour croiser les gens et m’imprégner de l’atmosphère de la ville. Ou encore me rendre chez BD & Cie car je suis fan de BD.

Un spot à instagrammer :  La vue de nuit depuis le poste de secours n°1 à Gruissan: le bruit de la mer et les étoiles.

 

Gruissan Poste de secours N°1

 

Mon coin à farniente : Mon canapé en regardant un bon Columbo à la télé.

Un endroit où amener ton amoureuse :  Au poste N°1 à Gruissan, un soir d’été quand il n’y a plus personne, et se poster sous les étoiles avec une couverture, une bougie et une bonne bouteille de vin.

Un artiste : ah non ! il y en a deux ! Brel et Jim Morisson. Deux écorché vif comme moi …

Un endroit old school mais que tu adores quand même : le “89” , le café qui a été remplacé par le Mac Do. C’est malheureusement fermé aujourd’hui,. J’ai vraiment l’impression de prendre un coup de vieux en même temps que la ville, tout change même les Barques …

Un petit luxe : Avoir acheté le fauteuil des années 70 dont je rêvais.

Un petit déjeuner dehors :  Un petit déjeuner sur la plage …ou chez Starbuck quand j’en trouve un lors de mes déplacement comme à Marseille Grand Littoral.

Un truc inavouable : Avoir bu une bouteille de Jack Daniels de 25 ans d’’âge que mon père conservait depuis 35 ans…

 

Album musique Kiko Goasse

 

Une anecdote ?  La tournée pour mon deuxième album ! La Ville de Narbonne avait programmé un concert à Léo Lagrande avec 200 places mais avait placardé 69 affiches dans toute la ville. Ça me mettait tellement mal à l’aise d’être confronté à cette affiche géante de moi même à tous les coins de rue que j’ai passé un mois avec une casquette sur la tête.

 

Kiko concert

 

Merci Kiko pour ton accueil, ton café, ta disponibilité et cet incroyable moment de partage Clignement d'œil

 

Les Pipelettes de Narbonne

Suivez-nous sur Facebook, Instagram ou Google Plus

 
 
 

KIKO GOASSE

Page Facebook

Site Internet

 
 
 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply