Humeurs

C’est quoi ton job ?

24 octobre 2014

 

Pipelettes de Narbonne

Mon job ? C’est celui que je m’invente chaque jour parce que mon vrai job c’est d’être heureuse en consacrant un maximum de temps à ce que j’aime faire…et non de faire gagner beaucoup de sous à mon cher Boss 😉

Et buller …est certainement une de mes principales activités pour y  parvenir…

Il était grand temps que je consacre un petit billet d’humeur à la réhabilitation de la grande communauté des bulleurs et bulleuses professionnels !

________________________________________________

“Sors de ta bulle !” Je crois que cette phrase je l’entendrais jusque dans ma tombe, peut-être même, ce sera mon épitaphe. Qui sait ce que retiendront de moi ceux que je laisserai derrière moi…

De temps en temps, je croise d’autres bulleuses, on se reconnait instinctivement, nos mondes intérieurs se détectent et s’interconnectent immédiatement.

Les autres se soulent de paroles et craignent le silence, nous on y est accro comme un drogué à sa dose de came. parce que le silence n’est jamais qu’un immense espace de possibles où va pouvoir s’épanouir nos voix intérieures, nos pensées, nos rêves. En fait, on ne connait pas l’ennui, on observe, on apprend, on développe tout un monde qui nous est seulement accessible et qui permet de s’isoler même au milieu d’une foule ou dès lors que les choses environnantes deviennent profondément ennuyeuses.

C’est hyper confortable d’avoir un petit chez soi que l’on peut transporter partout, du coup, comme l’escargot, je suis partout à la maison. Pour rien au monde je ne renoncerai à ce luxe, à cette douce protection de pouvoir rentrer en soi à n’importe quel moment alors que les autres restent en prise directe avec un monde qui leur est parfois hostile sans jamais pouvoir faire autrement que de l’affronter ou de le subir.

Certains prennent ça pour de l’indolence ou de l’indifférence voire de la paresse car dans leur monde cette dimension n’existe pas. A leurs yeux, Il n’existe qu’un seul monde, celui bien réel dans lequel ils évoluent et qui les soumet à un rythme infernal dans lequel, penser vraiment à soi, n’intervient que quand il n’y a plus rien d’autre à faire.

Ne dit-on pas d’un rêveur qu’il vit à l’écart du monde ?

Loin de m’écarter du monde, ma bulle ne cesse de s’accroitre, de prospérer, de créer des connections entre les différents mondes qu’elle crée, et chaque jour son agilité et sa prodigalité me fascine davantage. La richesse  de ce monde n’est pas une fin en soi, c’est seulement le début d’autre chose, sans cesse renouvelé, qui me pousse toujours vers la découverte d’autres univers bien réels. Buller c’est juste organiser le monde réel autour de sa bulle, ce n’est pas s’en exclure.

Pendant un temps j’ai voulu fermer la porte de ce monde, ou du moins l’empêcher de s’octroyer autant de place , histoire d’avoir une vie “normale” avec des préoccupations de personne normale. C’est là que j’ai pu mesurer toute la pauvreté du monde réel.

Notre cerveau comprend plusieurs dimensions et nier l’une d’entre elles c’est comme marcher avec une seule jambe. Certains y arrivent très bien, ce sont d’excellents équilibristes, certains chuteront sans comprendre pourquoi, d’autres se fatigueront et se demanderont “quel sens à tout ça ?”

Dans nos mondes, on ne tombe pas mais on tente, on expérimente sans cesse, car l’échec n’existe pas en tant que tel, On ne s’ennuie pas non plus car on imagine ou on contemple.  On est présent à soi (et non au choses) 24h sur 24h, et on observe les autres avec empathie et curiosité, on invente des solutions dont ils ne voudront peut-être jamais, et parfois on enchante leur monde avec nos créations.

Buller peut parfois mener loin quand les bulles se transforment en actes. Combien de grands hommes ou artistes furent avant tout de grands bulleurs, ce n’est pourtant pas ce que retiendra l’Histoire. Un monde réel sans bulleurs cela signifie qu’il ne pourrait y avoir de Steve Jobs, ni de Mark Zuckerberg, ni tant d’autres, moins contemporains…mais souvent, on ne préfèrera retenir que le génie en oubliant qu’il n’a été que l’outil au service de la réalisation d’un rêve.

Rien ne m’intéresse plus chez les adultes que la part d’enfance qui persiste encore à exister en eux.  J’aime à essayer de deviner quels enfants ils furent, quels rêves les habitaient avant que la vie ne viennent les abimer ou les réaliser.

Souvent ceux qui ont su rêver plus fort que les autres, ceux qui ont compris que les rêves sont faits pour être réalisés, ceux qui savent qu’un adulte qui dit “impossible !” n’est souvent qu’un enfant qui a perdu ses illusions avant même d’essayer, ceux-là ont réussi à transposer leurs rêves dans le mode réel.

Alors n’arrêtez jamais de rêver, d’apprendre ce qui vous enchante, ni de cultiver votre bulle et laissez la fureur du monde réel assourdirent ceux qui ne peuvent déjà plus en créer un autre.

Bisous, les bulleurs et les bulleuses ! ♥♥♥

Les-Pipelettes-de-Narbonne.jpg

 

Retrouvez nous sur notre page Facebook, Instagram ou Google Plus

 

Image à la une © Lordalea

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Agathe 24 octobre 2014 at 9 h 12 min

    C’est tellement ça !
    La bulleuse ne s’ennuie jamais, elle a mille rêves en tête et celle qui se donnera tout les moyens pour faire de ses rêves une réalité touchera les étoiles.
    Loin du modèle ” metro, boulot, dodo ” , buller nous permet de voir la vie sous son angle positive et d’en profiter pleinement . Car penser et rêver c’est vivre !
    La réalité socio-économique d’aujourd’hui permet aux gens de voir la vie autrement . Ils sont obligés de se réinventer et la reconversion est difficile, incertaine et risquée.
    Mais n’est-ce pas là, le sens même de la vie , aller vers l’inconnu telle une guerrière ?!

  • Reply Emma 24 octobre 2014 at 20 h 16 min

    Et voilà une autre bulleuse !! 😉
    Oui tout à fait et j’ajouterais, combien de solutions surgissent d’un moment à buller et non d’un effort intense de concentration sur un problème donné …Du coup quand on connait nos ressources pour se réinventer, l’inconnu ne fait plus peur, il devient au contraire extrêmement attirant car source de si belles surprises …et tu as bien raison c’est le sens même de la vie (sinon ce serait mortel… d’ennui)
    Bisous Agathe 🙂

  • Leave a Reply